Texte à méditer :  Le plus grand supplice pour un homme d’esprit est de se trouver pendant des heures face à face avec un sot. (Lettre à Grimaldi d’Estra)   Pascal Paoli
A la une !

Bonjour,
Corse.gif
Bienvenue sur noitutti.com
et Pace e Salute a Tutti

L'Association

Fermer Adhérer

Fermer Le Livre

Fermer Qui sommes nous ?

U Nostru Paese
Diaporama
 11 Novembre
 15 Août
 16 Août ST Roch
 ANIMATIONS
 Carnaval
 Focu di Natale
 Girandulata
 Gâteau des Rois Saladini
 Isule Maestre
 Le Foot
 Le village sous la neige
 Les boules au village
 Loto
 Légion d'honneur
 Merendela chez Antoine
 Merendela chez Ginou
 Merendela chez René
 Pique-Nique
 Randos
 Repas Corse
 Soirée contes
 Soirée magie
 Speluncatu Fête Municipale
 Temps d'Images d'aujourd'hui
 Temps d'Images d'hier
 Tour de Corse Historique
 kermesse de l’école de Belgodère
Infos pratiques
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Le Cinéma Corse - Sempre Vivu le film de Robin Renucci :

Source: http://cguelfucci.free.fr/Html/cinema.htm

 

Sempre Vivu

Un film de Robin Renucci

 

Introduction :

Pour parler du cinéma corse, il faudrait vivre en Corse, de préférence près de Lama, village connu pour son festival de cinéma.
En région parisienne et sans France 3 Corse, difficile de voir des films corses. On peut tout au plus se contenter des grosses productions tournées en Corse comme Les Randonneurs ou L'Enquête Corse dont je reparlerai sur cette page dès que j'aurai le temps de compiler quelques impressions sur ces films partiellement corses mais entièrement cultes.

Le premier film pour inaugurer cette page est : Sempre Vivu ! Qui a dit que nous étions mort ?


 Le pitch :


Un village de Haute-Corse se mobilise pour construire un théâtre. Un ministre est attendu pour assister à la première représentation et lui accorder une aide financière. C'est ce jour-là que choisit le maire pour tomber raide, victime d'une crise cardiaque. L'événement exacerbe vieilles rancœur set querelles familiales, tandis que l'on s'active à cacher le décès inopportun.
"Le Monde du 13/06/2007"

 

L'histoire du film :


Sempre Vivu est le premier long métrage de Robin Renucci. Il a été tourné en langue corse (sous-titrage en français) à Olmi Capella dans le Guissani avec la participation active des villageois, transformés pour l'occasion en acteurs jubilatoires. Il faut dire que Robin Renucci, est fondateur de l'ARIA (Association des Rencontres Internationales Artistiques) et qu'il organise depuis 1998 les Rencontres Internationales de Théâtre en Corse. C'est donc tout naturellement qu'il a dégagé la matrice du scénario d'un atelier d'écriture et qu'il a osé un casting où se mêlent professionnels et gens du village.


Ce qu'en dit Robin Renucci :

 
"Ce que j'ai voulu, c'est donner la parole à la population corse à travers une fable philosophique et satirique sur la mort programmée d'un village qui ressuscite grâce à la capacité d'un vieil homme à rêver à l'avenir".
"Ce qui m'importait c'était de redonner de l'espoir, et sa place à la langue, à la culture, aux corps et de réconcilier l'irréconciliable : les frères ennemis, la vie et la mort, les jeunes et les vieux, le vrai et le faux, les modernes et les anciens…"
 
Les critiques :


"Entre poésie, clownerie, fantastique et rêverie, la mise en scène décline une jolie palette d'atmosphères qui font croire à l'impossible" Nice Matin, 30 mai 2007


"Une comédie délicate, foisonnante, au charme d'entrain méditerranéen. Pour générer une euphorie palpable. On rit avec cœur." La Corse Votre Hebdo, 8-14 juin 2007


"On y respire le parfum des comédies à l'italienne d'antan, la nostalgie des rengaines à la tonkinoise, et, lorsque le réel inspire des saynètes baroques, l'effluve de la commedia dell'arte." Le Monde du 13 juin 2007
"Le résultat est assez foutraque, mais honnêtement assumé et plus intéressant donc qu'une escroquerie lisse. Il y a des brebis au milieu de la route, une mamie qui court à tort, à travers et en bigoudis, un chœur de vieilles qui déraille sur Antigone, le tout en langue corse sous-titrée." Libération du 13 juin 2007


"Une drôle de farce, baroque, satirique, macabre et endiablée. Et un acte de foi en la Corse" Les Echos du 21 juin 2007


Ce que j'en ai pensé :
C'est la première fois que j'avais l'occasion de voir un film en langue corse dans un cinéma parisien tout près des Champs Elysées. Il n'y a pas foule au Lincoln en cette fin d'après-midi du 20 juin 2007. Nous sommes 6 dans la salle. Des compatriotes, je suppose.
Faisant fi de Télérama et sa critique assassine, j'ai tenu à aller voir de mes yeux vus, cet ovni cinématographique que représente un film corse tourné en Corse. J'ai bien fait car je me suis régalée. La Corse n'y est pas idéalisée. Elle est comme elle est avec ses travers, ses traditions, ses habitants parfois fantasques, souvent touchants. J'ai retrouvé dans ce film, la véritable ambiance d'un village corse. Et quel plaisir d'entendre cette langue âpre, drôle, ces expressions truculentes, ce savant mélange de langue française et corse comme sur la place de n'importe quel village. Faute de tête d'affiche, ce n'est peut-être pas le film de l'année, néanmoins le travail des acteurs amateurs est remarquable notamment celui de René Jaumeau, premier maître de théâtre de Robin Renucci à 16 ans et d'Angèle Massei, drôlissime mamie corse qui entame une carrière d'actrice prometteuse à l'âge de 84 ans.
Le portrait de la blonde écervelée, vraisemblablement parisienne, ramenée au village par son amant corse et qui ne comprend rien à la Corse et à ses coutumes est saisissant de vérité. Mention spéciale aux costumes et aux décors souvent agrémentés d'animaux vagabonds ainsi qu'à la musique composée par Pierre Gambini et arrangée par le célèbre Bruno Coulais qui décidément choisi bien ses amis.
D'ailleurs, j'ai trouvé délicieuse la rengaine tonkinoise que l'on retrouve souvent dans le film. J'aime tellement les choses désuètes que je me demande parfois si je ne suis pas d'un autre siècle. En attendant, grâce à une technologie bien de maintenant, je l'ai retrouvée sur internet. Il s'agit d'une chanson de Charles Rocchi intitulée le Quartier Maître. Il se trouve, qu'il y a peu de temps un lecteur m'a parlé de Charles Rocchi. Voici donc une façon de lui rendre hommage. 

 
N’entends tu pas chanter sous ta fenêtre
Celui qui t’aime tant ton quartier maître

Je reviens du Tonkin voilà que j’ai fini
Heureux de te revoir oh ma chérie

J’ai rapporté pour toi de belles choses
Des beaux foulards de soie en rouge en rose
Un singe une guenon des éventails
Et tous les souvenirs de Shanghai

Tes yeux noirs qui me donnent la frousse
Tes dents blanches comme la brousse

Et ton air qui fait chavirer les cœurs
Aie pitié de ton navigateur
J’ai quitté ma belle tonkinoise
C’est pour toi ma charmante corsoise
Toi qui as des choses si belles à me dire
Toi qui mange encore du figatelli

Si tu veux dans les rues de l’île rousse
Je te promènerai en pousse-pousse
Je te ferai connaître savamment
Le dieu que les chinoises adorent tant

Allons ne rougis pas et n’aie pas honte
Si tu ne descends pas alors je monte
J’en ai assez de tout ce riz bouilli
Ça vaut pas la pulenta du pays

Embrasse Ton navigateur

 

 

Attention, ne pas confondre cette chanson avec une autre, plus ancienne, "La petite tonkinoise" écrite par Villard et Chritiné, mise en musique par Vincent Scotto et interprétée notamment par Joséphine Baker. Je l'ai réécouté à l'occasion de cette recherche et j'aime tout autant :
Historique de la petite tonkinoise (1906) :

 

 http://www.chanson.udenap.org/50_chansons/19_petite_tonkinoise_la.htm 
Ecouter la petite tonkinoise :

http://gauterdo.com/ref/pp/petite.tonkinoise.html


En savoir plus sur le film, son site internet : http://www.semprevivu-lefilm.com


En savoir plus sur l'ARIA, son site internet : http://www.aria-corse.com

 

 

 

 

 


Date de création : 01/10/2007 - 22:33
Dernière modification : 01/10/2007 - 22:48
Catégorie : Le Cinéma Corse
Page lue 2550 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 
Compte

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 384 membres


Connectés :

( personne )
Ecrire à un membre
Si vous souhaitez envoyer un mini message à un membre du site (même s'il n'est pas connecté), cliquez (ici)
A Table
Contes et Légendes
A propos de la Corse
Boîte à Idées
Speloncato s'expose
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
Captcha
Recopier le code :
126 Abonnés
Recherche



Infos en direct
Fête du Jour
Devinette

Je peux lire dans vos pensées. Vous n'y croyez pas ? Essayez ! Vous n'en reviendrez pas...

Design s!mK for GuppySkins © 2007- Reproduction interdite